Injections de plasma riche en plaquettes (PRP)

Sommaire

Que ce soit dans le domaine médical propre ou dans celui de la médecine anti-âge, les techniques employées sont souvent des techniques de comblement ou de remplacement. Mais les méthodes de pointes aspirent plutôt au renouvellement. Pouvoir booster les tissus endommagés, abimés ou vieillis, pour déclencher leur renouvèlement n’est-il pas le but ultime de la médecine ?

C'est ce à quoi aspire la technique du PRP, plasma riche en plaquettes. Depuis 2005, cette technique expérimentée à l'origine uniquement en médecine sportive voit ses applications s'élargir et se diversifier de plus en plus. Petit tour d'horizon.

Qu'est-ce que le plasma riche en plaquettes ?

Le plasma riche en plaquettes (PRP) est un plasma obtenu après centrifugation :

  • On effectue une prise de sang au patient, puis le sang est placé dans une centrifugeuse pour en séparer les différents éléments. La couche riche en plaquettes est alors prélevée et réinjectée au patient au niveau de la zone à traiter.
  • Le PRP est donc un produit complètement autologue, c’est-à-dire qui provient de la personne elle-même, il n’y a pas de risques d’intolérance.
  • Le plasma est un sérum qui participe à la composition du sang. Il contient des vitamines, des sels minéraux, des protéines et des hormones, autant d’éléments indispensables à la vie de nos cellules.

Quant aux plaquettes, ce sont des cellules sanguines de petits volumes et un peu spéciales, puisqu’elles sont dépourvues de noyau. Elles contiennent entre autres des mitochondries et des alpha-granules, et ont un rôle très important au niveau du processus de coagulation.

Elles sont responsables de la synthèse de protéines bioactives qui sont des facteurs de croissance. Parmi la trentaine de protéines bioactives qu’elles synthétisent, une douzaine d’entre elles sont investies dans le processus de croissance des cellules.

Applications du plasma riche en plaquettes

Plasma riche en plaquettes en médecine du sport

Les ligaments sont constitués de fibres de collagène. Tout comme les tendons, ils sont peu irrigués par le système sanguin. C’est la raison pour laquelle ils mettent du temps à se rétablir.

Lorsqu’un ligament est déchiré, suite à un effort physique, ce sont les muscles et les tendons qui prennent le relais. Cela peut donner lieu à une douleur qui avec le temps s’installe et devient chronique. L’injection de PRP au niveau du ligament en souffrance va relancer la production de collagène par les fibroblastes et va permettre au tendon de se restructurer et de se rétablir.

L’injection se pratique au niveau du talon, du coude, de l’épaule, du genou ou de la hanche. Le traitement nécessite entre 2 et 3 injections. Une physiothérapie peut être entamée une semaine après la première injection.

PRP : application en médecine esthétique

Le traitement PRP connaît de nombreuses applications en médecine esthétique :

  • Le derme est le tissu de soutien de la peau. Comme les ligaments, il est constitué essentiellement de fibres protéiques de collagène et d’élastine, qui sont produits par les cellules-souche du derme, les fibroblastes.
  • L’injection de PRP va relancer la production de collagène en stimulant les fibroblastes.

Le traitement sera efficace pour le rajeunissement de la peau, pour les cicatrices d’acné, les imperfections cutanées et les cernes. En fonction de l’objectif du soin, entre 3 et 6 injections sont réalisées, espacées de 4 à 6 semaines. Elles sont effectuées sous anesthésie locale, au moyen d’une crème anesthésiante.

Le traitement ne nécessite pas d’éviction sociale et l’on peut reprendre une vie normale immédiatement. Cependant, des ecchymoses, des démangeaisons et des épithèmes peuvent apparaître.

Prix des injections de PRP

Les tarifs par séance varient suivant les zones à traiter :

  • Une application sur le visage coûte entre 700 et 850 € ;
  • le dos des mains et le cou, environ 500 € ;
  • pour le décolleté, entre 550 et 650 €.